4 Septembre 2017

Solar Orbiter

Se rapprocher du Soleil pour étudier son atmosphère et l’observer avec une résolution jamais atteinte jusqu’ici. Telle sera la mission de Solar Orbiter, un satellite de l’ESA qui sera lancé par la NASA en 2019. Avec à la clé, la possibilité de percer les secrets du vent solaire.

En 2019, le satellite Solar Orbiter quittera la Terre à bord d’un lanceur Atlas V. Sa destination ? Le Soleil, dont il s’approchera à une distance jamais atteinte auparavant : de l’ordre de 62 rayons solaires, soit quelques 42 millions de km. Des conditions d’observation privilégiées pour observer notre astre avec une résolution inégalée (70 km/pixel), et d’analyser finement son atmosphère.

Solar Orbiter recueillera également des images et des données des régions polaires du Soleil, ainsi que de sa face non visible depuis la Terre. Le principal objectif de ces mesures sera d’identifier les mécanismes qui sont à l’origine du vent solaire, ce souffle de particules continuellement émis par le soleil.

Pour récolter toutes ces données, Solar Orbiter combinera deux types de mesures : des mesures in situ, effectuées dans l’environnement immédiat du satellite, et des observations à distance.

La mission Solar Orbiter appartient au programme Cosmic Vision 2015-2025 de l’ESA. Développé sous maîtrise d’ouvrage ESA, le satellite Solar Orbiter sera lancé par la NASA. Quant au CNES, il participe notamment à la fabrication de 6 des 10 instruments de Solar Orbiter. Parmi ces derniers, l’instrument RPW sera fourni en totalité par le CNES, en partenariat avec le Laboratoire de l’Observatoire de Paris (LESIA). La mission Solar Orbiter débutera en 2019, pour une durée de 7,5 ans qui pourra être prolongée de 2,4 ans.